Vers tueurs de lombrics : ils sont sans doute là depuis longtemps

On n’a sans doute pas fini d’en apprendre sur la présence en France de plathelminthes terrestres invasifs… Ainsi dans un récent tweet, le professeur Justine qui suit le dossier au muséum national d’histoire naturelle explique qu’il a reçu ce lundi après-midi un appel téléphonique d’une jardinerie de Quimper (Finistère). Son interlocuteur lui a indiqué que plusieurs clients étaient venus signaler la présence dans leur jardin de vers bizarres. Mais cela depuis… deux ans!

Le Finistère est l’un des départements les plus touchés par cette invasion de vers plats tueurs de lombrics. Dans une interview accordée au journal Le Télégramme, le professeur Justine explique que ces vers auraient pu être importés de Cornouaille britannique dans des pots de fleurs.

Mais il semble que ces vers -dont on ignorait pourtant la présence en France il y a encore six mois- pourraient avoir déjà été observés dans l’hexagone il y a plusieurs années. C’est l’hypothèse que formule le professeur Justine dans cette interview, à partir de l’analyse des messages qu’il reçoit, et qui pourrait être corroborée par le témoignage qu’il a reçu aujourd’hui de cette jardinerie. Si c’est bien le cas, ils pourraient donc, hélas, être bien installés…

Sinon, c’est le train-train quotidien. De nouvelles découvertes ont été signalées hier matin dans le Finistère à Plabennec. Pour l’anecdote le professeur Justine publie une photo qui montre un groupe de plathelminthes, entassés dans… une pomme tombée à terre.
Les deux pistes découvertes cette semaine sont donc que certains de ces vers sortent la nuit   (espèce marron plate) et qu’une autre ( Kontikia) aime les pommes… voire même les prunes (pour identifier les vers allez sur le site du professeurJustine). Soyez donc vigilants, on arrive à la période de récolte des pommes, en Bretagne notamment…

Si vous trouvez des vers bizarres dans votre jardin, surtout contacter le professeur Justine et suivez ses conseils.

Retrouvez ici la carte de France provisoire de la présence des plathelminthes terrestres invasifs en France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *