Vers tueurs de lombrics : ils pondent en Bretagne!

Cette petite boule noire au centre de la photo, c’est un cocon de ponte. Soulevez vos pots de fleurs pour tenter d’en trouver (photo Jean-Lou Justine)

C’est la toute dernière information que l’on possède sur les plathelminthes terrestres invasifs et elle très mauvaise, notamment pour la Bretagne. En effet, on vient de découvrir que ces vers prédateurs sont capables… de pondre!

Pour la première fois, des oeufs, ou plutôt des « cocons de ponte » ont été découverts en France. Et visiblement, les vers invasifs savent se protéger des frimas de l’hiver… Deux mauvaises nouvelles de plus concernant ce dossier.

Voici quelques photos (copyright : www.aphotofauna.com) qui faciliteront vos recherches (cliquez sur la photo pour l’agrandir)

La découverte a donc été faite dans le Finistère près de Morlaix. Une fois de plus, le découvreur affirme découvrir presque quotidiennement des plathelminthes sous des coupes de pots de fleurs par exemple et cela depuis… trois ans!

Mais là encore, le problème était que personne ne savais de quel animal il s’agissait. Ce n’est que ces jours-ci, par la presse que l’identité de l’intrus a été dévoilée. Non, il ne s’agit pas ni d’un orvet, ni d’une sangsue, mais bel et bien d’un Kontikia ventrolineata, cette espèce déjà découverte en Bretagne.

Mais l’important dans ce témoignage, c’est que l’observateur a envoyé au professeur Justine « des petites boules noires » trouvées à proximité, sans trop savoir de quoi il s’agissait. « Il s’agit de cocons de ponte », atteste le professeur Justine sur son compte twitter. « Ce sont des boules noires, assez dures, d’un diamètre de 4-5 millimètres. Chaque cocon donnera naissance à 5-10 jeunes. La mauvaise nouvelle, c’est que ces cocons de ponte sont une forme de résistance à l’hiver. L’infestation continuera donc sans doute l’année prochaine. Et cela fait probablement quelques années que les Kontikia ventrolineata se reproduisent ainsi en Bretagne. Les vers pourront survivre à l’hiver et continuer à infester la Bretagne », analyse le scientifique qui ne cache pas son inquiétude. « C’est la première fois que je vois des cocons de ponte en France… La plupart du temps, ces animaux lorsqu’ils sont en dehors de leur région d’origine ont une reproduction asexuée. Ils se multiplient par des petits morceaux coupés de leurs corps. Le fait qu’ils aient une reproduction sexuée signifie qu’ils se sont parfaitement bien adaptés ».

Votre nouvelle mission : cherchez les cocons de ponte

L’hiver approche et bientôt on ne pourra plus trouver de plathelminthes qui vont se mettre à l’abri. Ces derniers sont donc visiblement en train de pondre. C’est donc la nouvelle mission à laquelle le professeur Justine invite le public et notamment les jardiniers à se livrer: « cherchez des cocons de ponte: les animaux vont les laisser sur le sol, sous les pots de fleurs, un peu partout ».

N’oubliez pas d’informer le professeur de vos découvertes, soit par mail: justine@mnhn.fr, soit par téléphone au 01.71.21.46.47



'Vers tueurs de lombrics : ils pondent en Bretagne!' n'a pas de commentaires

Commentez !

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée