Pesticides: encore plus de 6 tonnes récoltées par botanic®

À quelques semaines de l’entrée en vigueur de la Loi Labbé, les jardineries botanic® ont encore récolté plus de 6 tonnes de pesticides !
« Ce qui est fait n’est plus à faire : cet automne, ce sont précisément 6,1 tonnes qui ont été rapportées au cours de la collecte de pesticides chimiques dans les magasins botanic® », indique l’enseigne dans un communiqué.
Une initiative que l’enseigne pionnière en jardinage naturel mène depuis quatre années maintenant. Cela porte à 59,5 tonnes le poids total de pesticides chimiques collectés puis supprimés par un spécialiste de la gestion des déchets dangereux.
COMPTE À REBOURS POUR LA LOI LABBÉ…
Des chiffres de bon augure, à quelques semaines de l’entrée en vigueur de la Loi Labbé. En effet, à partir du 1er janvier 2019, plus aucune enseigne de distribution ne pourra commercialiser de produits phytosanitaires à base de pesticides chimiques de synthèse. Et les jardiniers amateurs ne pourront plus les utiliser !
Mais c’est un chiffre qui montre que des quantités importantes de produits chimiques sont enciore stockés chez les particuliers.
L’occasion pour les jardineries botanic® de poursuivre plus que jamais leur opération de collecte de pesticides dès le printemps prochain avec deux nouvelles sessions les 22-23 mars et 29-30 mars 2019.

LE PONTET, METZ-TESSY ET CLAPIERS SUR LE PODIUM !
Organisée dans les 64 magasins de l’enseigne, l’opération a rencontré un vif succès dans les magasins de

1-LAPIERS (34) 299 KG* 3
2-LE PONTET (84) 229 KG* 208 KG*
3-METZ-TESSY (74) *de pesticides chimiques rapportés

botanic®: 10 ans d’engagement

L’enseigne botanic® est une pionnière dans la lutte contre les pesticides. Un combat qu’elle poursuit aujourd’hui. Petit rappel des grandes étapes de cette action:

-1er janvier 2008: botanic® supprime tous les engrais et pesticides chimiques de ses rayons jardin.

-1er janvier 2018: 10 ans d’expérience pour donner des conseils de jardinage au naturel.

-1er mars 2018: botanic® supprime les antiparasitaires contenant des pesticides chimiques de ses rayons animalerie.

-1er janvier 2019: interdiction de la vente et de l’utilisation des pesticides chimiques au jardin.

Au total, ce sont plus de 800 solutions alternatives de jardinage naturel que botanic® propose dans ses magasins.

Valorisez et partagez vos techniques respectueuses de l’environnement

jardiner autrementLes inscriptions à la 4è édition du concours « Jardiner autrement, réduisons l’usage des pesticides au jardin » sont ouvertes.

Ce concours récompense les pratiques au jardin économes en pesticides et respectueuses de l’environnement. Les jardiniers qui le souhaitent ont jusqu’au 12 mai pour s’inscrire.

Lire la suite

Nouveau ver tueur découvert : « Il faut mettre en place des mesures d’éradication et de contrôle »

Le Platydemus manokwari en train de dévorer un escargot (photo Pierre Gros)

Le Platydemus manokwari en train de dévorer un escargot (photo Pierre Gros)

 Chercheur au muséum national d’histoire naturelle, le professeur Jean-Lou Justine a lancé un vaste appel à témoin via la presse et les réseaux sociaux pour tenter de mesurer l’ampleur de l’invasion en France des plathelminthes terrestres invasifs. Ces vers plats venus de l’hémisphère sud représentent une menace écologique majeur puisqu’ils se nourrissent de lombrics. Les témoignages recueillis par le professeur Justine lui ont permis de découvrir qu’en fait sept espèces différentes sont désormais présentes en France dont certaines ont colonisé des départements entiers. Et parmi toutes ces espèces il en est une encore plus redoutable que les autres, le Platydemus manokwari. Celui-ci dévore les escargots puis il s’attaque à d’autres animaux « mous » : limaces, vers de terre… C’est un monstre qui n’a jamais été détecté en Europe jusqu’à présent. Or, il vient d’être découvert au jardin des plantes de Caen (Calvados).

L’affaire est suffisamment grave pour que le professeur Justine publie un article dans une revue scientifique américaine et lance un appel à la mise en place de mesures pour éradiquer ce nouvel intrus ( pour le consulter: https://peerj.com/articles/297 avec une version en Français).

Photo Pierre Gros

Photo Pierre Gros

Pourquoi ce ver est-il plus néfaste que les autres?

Professeur Jean-Lou justine. On a la preuve qu’il est néfaste partout où il a été introduit. Là où il se trouve, les escargots disparaissent. Et quand il n’y a plus d’escargots, il s’attaque à tout ce qui reste : les limaces, les autres vers… Il est capable de manger n’importe quoi, pourvu que ce soit mou. On peut dire que ce ver est un surdoué de l’envahissement. Il est capable de rester des semaines sans manger, il se reproduit au bout de quinze jours. Il est originaire d’une île où il vit à 3000 m d’altitude et il est donc potentiellement capable de toucher une grande partie de  l’Europe

Comment pouvez-vous être sur qu’il n’a jamais repéré en Europe?

-Ce ver figure dans la liste des 100 espèces les plus néfastes au monde. N’importe quel scientifique en Europe qui en aurait eu connaissance aurait bondi sur sa chaise. Or, aujourd’hui, je n’ai jamais vu la moindre mention de cette espèce en Europe…

Les scientifiques peut-être, mais le simple citoyen. Comment a-t-il été détecté à Caen?

-Ce sont les employés du jardin des plantes qui ont signalé la présence de vers bizarres dans les serres auprès des services de la Fredon (*), ce qui permis de les identifier. Mais on ne sait pas comment le Platydemus manokwari est arrivé là. On ne peut exclure qu’ils viennent d’une autre jardinerie. C’est la raison pour laquelle on a encore une fois besoin de tout le monde, des jardiniers notamment pour savoir s’il y en a d’autres…

Que peut-on faire pour empêcher la prolifération de ces vers plats?

-Parmi les sept espèces recensées en France, il y en a certaines qui sont bien installées dans de nombreux départements, il y a des jardineries qui en sont infestées. Pour celles-ci, il est probablement trop tard. En ce qui concerne le Platydemus manokwari, c’est différent. Nous avons encore une chance t’empêcher sa prolifération. Pour l’instant, il n’a été détecté qu’à Caen et il suffirait de nettoyer l’endroit.  Il est donc important de réfléchir à la mise en place de mesures d’éradication et de contrôle de ce Plathelminthe. Je sais que le jardin des plantes a pris des mesures, notamment en arrêtant de transférer ses plantes. Mais mon travail de scientifique s’arrête là…

 (*) Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles

RETROUVEZ NOTRE DOSSIER SPECIAL 

et l’article sur Le Parisien.fr

Loi Labbé : l’UPJ claque la porte des discussions avec le gouvernement

produits phytosanitairesLe vote de la loi Labbé qui prévoit l’interdiction à l’horizon 2022 des produits phytosanitaires n’a pas fini de faire des vagues. L’UPJ (union pour la protection des jardins et espaces publics) qui regroupe la quasi-totalité des fabricants de produits destinés aux jardiniers amateurs ou aux professionnels des espaces publics ne décolère pas. L’organisation claque la porte des discussions en cours avec le gouvernement et envisage des recours…

Lire la suite