Sécheresse: comment gérer le manque d’eau?

De nombreuses régions françaises sont confrontées à une sécheresse importante depuis plusieurs mois. Une situation préoccupante qui entraine des restrictions d’utilisation de l’eau dans certains endroits, mesures qui pourraient se généraliser dans les semaines et les mois qui viennent.

Or, de l’eau, les plantes en ont besoin pour se développer et notamment les légumes. C’est par exemple le cas des haricots qui ont besoin d’eau et de chaleur et que l’on sème à partir de la mi-mai. Alors comment s’adapter à ces aléas climatiques qui se généralisent, préserver ses récoltes et tout simplement continuer à jardiner…

Il faut faire preuve d’imagination et intégrer des repères qui deviennent permanents. Il y en a un qui est désormais incontournable, c’est le paillage. Cette technique permet d’éviter la repousse des mauvaises herbes et surtout de retenir l’humidité et donc de réduire les arrosages.

Alors, si elle est assez facile et évidente à mettre en oeuvre pour des légumes à pied unique comme les tomates, les courges, par contre ça l’ait un peu mois pour les légumes qu’on sème en ligne comme les petits pois ou les haricots. Il faut alors procéder aux semis, attendre que les légumes soient suffisamment développés pour être buttés et pailler entre les rangs avec des végétaux broyés comme la tonte de gazon.

Mais cette année, la sécheresse est sévère avec un déficit important depuis le mois de janvier. Les sols sont très secs au moment de faire ces semis de haricots. J’ai décidé de pousser un peu plus loin encore le curseur du paillage. J’avais une parcelle recouverte d’engrais verts que je destinais à recevoir les haricots. J’ai fauché ces engrais verts au mois de mars puis j’ai bâché le sol. Normalement, j’aurai du retirer la bâche pour effectuer les semis. Mais sous la bâche le sol était resté humide alors que les parcelles en plein air étaient presque de la poussière.

J’ai donc décidé de maintenir la bâche en place pour conserver l’humidité d’y réaliser des trous et de semer les haricots en poquets de 5-6 graines. L’idée étant de limiter au maximum les besoins en eau au cours des prochaines semaines et notamment des deux mois nécessaires au développement des haricots. Parallèlement, j’ai semé une autre parcelle d’une façon « classique », en semant en ligne les graines. Les haricots seront également paillés, mais plus tard d’ici trois semaines lorsqu’ils auront été buttés. D’ici là, ces derniers auront besoin d’eau, mais il faudra qu’elle vienne du ciel ou… du robinet, alors que les autres devraient pouvoir s’en passer.

On tirera le bilan comparatif de ces deux essais afin d’essayer de pérenniser de nouvelles méthodes de cultures, mieux adaptées au changement climatiques….


'Sécheresse: comment gérer le manque d’eau?' n'a pas de commentaires

Commentez !

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée