Loi Labbé. Pesticides au jardin: ça peut coûter cher!

La Loi Labbé entre en vigueur ce 1er janvier 2019. A partir d’aujourd’hui, plus aucune enseigne de distribution ne peut commercialiser de produits phytosanitaires à base de pesticides chimiques de synthèse. La détention et l’utilisation de ces produits par les particuliers est également interdite. Et attention, de lourdes peines sont applicables à ceux qui enfreindraient cette règle: le non-respect des conditions d’utilisation des produits phytosanitaires prévues par la loi est une infraction pénale qui sera passible de 6 mois d’emprisonnement et de 150 000€ d’amende. Il s’agit ici de la sanction maximale encourue. Elle sera modulée par le juge en fonction des circonstances.

L’entrée en vigueur de cette loi est aussi l’occasion pour l’enseigne de jardinerie naturelle botanic® d’exprimer sa satisfaction « que ses convictions visionnaires (11 ans avant la loi) deviennent la norme ». En effet, c’est dès le 1er janvier 2008 qu’elle a pris la décision de supprimer l’ensemble de ces produits de ses rayons. « Une décision qui s’est accompagnée dans le même temps de la suppression des engrais chimiques, une autre catégorie de produits proscrite en agriculture biologique et que nous avons remplacée par des engrais naturels. » précise Luc Blanchet, président de botanic®.
Botanic® est aussi à l’initiative de la 1ère collecte nationale de pesticides au printemps 2014, qui consiste à proposer aux jardiniers amateurs de rapporter leurs pesticides chimiques afin de les éliminer.

Encore des centaines de tonnes de produits chez les particuliers

« Organisée deux fois par an, la collecte botanic® a déjà permis de récupérer et supprimer 59,5 tonnes de pesticides chimiques » poursuit Luc Blanchet. « Une initiative qui commence à se développer dans d’autres enseignes et dont nous nous réjouissons car les volumes de ces produits présents chez les particuliers représentent probablement des centaines de tonnes ».
Aujourd’hui, l’enseigne botanic®, 100% familiale, compte 65 magasins en France pour un Chiffre d’Affaires consolidé de 370 Millions d’€ en 2018. Pionnière en matière de développement durable, elle propose plus de 800 solutions en matière de jardinage naturel et offre dans 51 de ses magasins un espace alimentation bio, véritable magasin dans le magasin, ainsi qu’un espace bien-être et santé avec présence de naturopathes.
« Jardinage, alimentation, bien-être… notre offre zéro pesticide n’a également pas échappé à notre espace animalerie qui s’est vu, en mars dernier, doter de toutes nouvelles gammes en matière de soins et de traitements sans pesticides chimiques pour les chats, chiens et autres animaux de compagnie », souligne la marque.

Une grande fête au mois de mars

Au printemps prochain, l’enseigne organisera sa 11e collecte de pesticides, les 22-23 mars et les 29-30 mars 2019 et annonce, à l’occasion de l’entrée en vigueur de la Loi Labbé en début d’année, la mise en place d’un événement festif le samedi 30 mars 2019 dans l’ensemble de ses magasins. De nombreuses rencontres et animations en perspectives.

Comment se débarrasser des pesticides en sécurité

Si vous avez un magasin botanic près de chez vous, vous pouvez donc y déposer vos produits chimiques désormais interdits. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez vous adresser à la déchetterie la plus proche de chez vous, le plus souvent au niveau d’une intercommunalité. En règle générale ces déchetteries disposent d’un lieu sécurisé spécialement adapté pour recueillir ces produits dangereux.



'Loi Labbé. Pesticides au jardin: ça peut coûter cher!' n'a pas de commentaires

Commentez !

Voulez-vous commenter ?

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée