Déposez vos pesticides chez Botanic

pesticides

Un homme sort de sa cabane de jardin en tenant un bidon rouge marqué d’une croix puis le passe à un skateur qui le passe à des plagistes.
C’est le début d’une chaîne ininterrompue qui voit défiler dans un joyeux mélange insectes géants, super-héros, trappeurs, danseurs…
Le sujet est pourtant on ne plus sérieux puisqu’il s’agit de se « passer des pesticides » comme on le découvre à la fin de ce plan-séquence déjanté de 3’30.
C’est la nouvelle création de botanic® qui, dans le cadre d’un partenariat 100% digital avec Dailymotion, vise à inciter les jardiniers à se passer des pesticides, sans attendre la loi prévue en 2022. Cela s’inscrit dans le cadre de l’opération « Passons-nous des pesticides » qui vous permet ce samedi 21 mars mais aussi les 27-28 mars prochains de vous débarrasser « proprement » de vos produits phytosanitaires. Non seulement vos bidons seront détruits mais ils vous rapporteront un bon d’achat de 5 euros à valoir à partir de 35 euros d’achat chez Botanic.

Baptisée « Pulvérisons les pesticides » lors de sa 1ère édition au printemps 2014, l’opération a d’abord permis de récolter 5 tonnes de pesticides dans les magasins botanic®, puis 4 autres tonnes lors de son renouvellement à l’automne suivant. Une belle action citoyenne qui a mobilisé plus de 2700 personnes sur les 2 saisons.

Créée en 1995 en Haute-Savoie par 3 familles d’horticulteurs, botanic® annonce, pour ses 20 ans et la 10e édition de la Semaine pour les alternatives au pesticides*, la poursuite de la collecte de pesticides afin de proposer un véritable service à ses clients. L’événement rebaptisé « Passons-nous des pesticides » sera ainsi systématiquement proposé deux fois par an, au printemps puis à l’automne. Un vrai plus lorsque l’on sait que les déchèteries ne collectent pas systématiquement tous ces produits dangereux.

LA VIDEO DE BOTANIC

Test. Des produits et des méthodes pour remplacer les pesticides

Nous allons tester ces trois produits de la gamme Axioma

Nous allons tester ces trois produits de la gamme Axioma

Il va falloir s’y faire… Dans quelques années, nous ne pourrons plus utiliser de produits phytosanitaires pour jardiner. La loi dite « Labbé » du nom du sénateur écologiste du Morbihan qui l’a défendue interdira l’usage et même la détention de ces produits par les jardiniers amateurs à partir de 2022.

C’est un bouleversement, car même si la cause du jardinage respectueux de l’environnement ne cesse de gagner du terrain, les faits sont là : les ventes de produits phytosanitaires se portent toujours aussi bien.

Alors, 2022, c’est loin, mais pas tant que ça pour modifier des habitudes qui ont l’air bien ancrées. Au-delà des conseils pratiques bio, nous avons donc décidé de partir à la recherche de nouvelles techniques, de nouveaux produits qui pourront remplacer ces fameux pesticides en étant tout aussi efficace.

Voici donc une gamme proposée par la société Axioma que nous allons tester…

Le principe de notre démarche est simple. On va essayer cette nouvelle génération de produits et on vous donnera les résultats au fur et à mesure de la croissance des plantes.

Installée à Brive-la-Gaillarde en Corrèze, la société Axioma commercialise des produits qui s’adressent aussi bien aux collectivités, au monde agricole, aux professionnels du végétal, au grand public. Ses produits sont élaborés à partir de macérations complexes de plantes. « Axioma a besoin d’environ 300 extraits de plantes (feuilles, écorces, fleurs, racines…) différents. Pour obtenir la qualité que nous exigeons, un partenaire cultive et récolte les plantes dont nous avons besoin. Ces cultures sont réalisées à notre demande exclusive sur des sites sélectionnées et éloignés de toute source de pollution… », détaille Anthony Bugeat, le pdg d’Axioma France. Les plantes sont transformées sur le lieu de la cueillette en « macérés mères » qui servent de base aux « agencements complexes », mélangés à de l’eau de source  et de mer. « Ces mélnages ont pour objectif de créer des « synergies d’effets », qui permettront à la plante de se développer et de produire à 100% de sa capacité naturelle.. », explique Anthony Burgeat.

Trois produits en test dans notre potager

Nous avons donc décidé de tester les produits proposés par Axioma dans le potager de jacky la main verte. Conformément aux recommandations du fabricant, nous allons utiliser les granulés « jeunes pousses », lors de semis de carottes par exemple. Nous sèmerons les mêmes graines sans aucun produit et nous observerons les résultats, tant en terme de croissance que de résistance aux maladies et aux parasites. Et pour les carottes, on pense notamment à la redoutable mouche. Nous utiliserons également ces produits lors du repiquage de plants de tomates.

Et bien sur nous vous rendrons comptes de nos constatations, tant sur la mise en oeuvre que du résultat et du coût d’utilisation.

 

En fait, le concept d’Axiome repose sur le principe que si les plantes sont nourries avec les oligo-éléments dont elles ont besoin, elles seront en meilleure santé, plus vigoureuses et donc moins sensibles aux maladies et aux parasites. « Les végétaux ont besoin d’environ 52 minéraux pour se développer correctement. L’absence de cette majorité de minéraux crée des carences végétales importante et la plante devient alors une proie facile pour les insectes, maladies et champignons. La réponse conventionnelle est : pesticides. Cette erreur accentue gravement le phénomène de toxicité alimentaire, de baisse des rendements, de dépendances et d’appauvrissement des sols… », analyse Anthony Bugeat.

Pour en savoir plus : www.axioma-france.com

Environnement. Botanic a récupéré 5 tonnes de pesticides

botanicAu mois de mars, l’enseigne Botanic a organisé une grande opération baptisée « Pulvérisons les pesticides ». Pendant ces deux week-end, les jardiniers étaient invités à ramener dans l’une des 65 jardineries Botanic de France les pesticides en leur possession. Botanaic se chargeait avec l’un de ses partenaires de les éliminer. Par ailleurs, le client déposant recevait un bon d’achat.

On connait aujourd’hui le résultat de cette collecte et au total ce sont plus de 5 tonnes de produits qui ont été récupérés et détruits. Environ 1700 personnes sont venus rendre leurs produits chimiques. dont 1611 kg de produits divers, 1464 kg de pesticides, 1026 kg d’herbicides, 924 kg de fongicides.

Les magasins qui ont récupéré le plus de produits sont Montpellier Clapiers (221 kg) Lyon Francheville (190,5 kg) et Nancy Heillecourt (189 kg).

Valorisez et partagez vos techniques respectueuses de l’environnement

jardiner autrementLes inscriptions à la 4è édition du concours « Jardiner autrement, réduisons l’usage des pesticides au jardin » sont ouvertes.

Ce concours récompense les pratiques au jardin économes en pesticides et respectueuses de l’environnement. Les jardiniers qui le souhaitent ont jusqu’au 12 mai pour s’inscrire.

Lire la suite

Projet de loi : un sénateur veut interdire la vente des pesticides

Dans sa séance de ce mardi 19 novembre, le Sénat va débattre d’une proposition de loi d’un sénateur écologiste du Morbihan, Joël Labbé qui provoque quelques remous.

Cette proposition vise à interdire l’utilisation des produits phytosanitaires chimiques dès 2020 pour les collectivités territoriales et les établissements publics. Elle préconise également l’interdiction de commercialiser ces produits pour un usage non professionnel à partir de 2022.

Un projet déclenche la colère de l’UPJ (Union des Entreprises pour la Protection des Jardins et des espaces publics), qui fédère 35 entreprises commercialisant « des produits de protection des plantes, des engrais, des supports de culture (terreaux), des amendements organiques et des biocides »…

Lire la suite